Conse

L'ART DU TITRE

L'ART DU TITRE

Crohn : comment désenflammer votre intestin.

 

NOTRE CONSEIL :

EVITEZ AUTANT QUE POSSIBLE TOUTES LES SORTES DE POLLUTIONS , eau, air, ondes, etc.. et détoxifiez votre organisme.

Vitamine C à haute dose contre toutes les infections.
 
Il est plus que jamais primordial de prendre soin de nos fragiles intestins.
 
On recense de nos jours 100 fois plus de cas de maladie de Crohn qu’au début du 20ème siècle : nos modes de vie ont forcément une responsabilité.
 
Cela s’observe d’ailleurs facilement, puisque dans les villes la maladie est plus présente et que les Noirs Américains sont bien plus touchés que les Noirs Africains.
 
Si vous êtes touché(e), j’ai répertorié ici les principaux remèdes pour vous permettre de mieux vivre avec la maladie et diminuer l’inflammation.
 
La maladie de Crohn est une inflammation chronique de l’intestin, principalement génétique mais pas seulement. D’autres facteurs sont à envisager  :

  • Une infection bactérienne ou virale (gastroentérite en début de maladie) ;

  • Une intolérance à certains aliments (céréales, lait, certains produits cuits) ;

  • Une mycose intestinale due à une alimentation carencée ;

A ne pas négliger : la prise prolongée de médicaments (corticoïdes, antibiotiques, aspirine, antidépresseurs, somnifères, produits contre le cholestérol, le diabète et l'hypertension artérielle) ou encore le tabac.
 
Les premiers symptômes sont des diarrhées sanglantes et douloureuses, puis des brûlures rectales, des faux besoins et parfois des selles purulentes avec poussées de fièvres…

Quand votre intestin contamine les autres organes…

Les personnes atteintes du Crohn sont généralement désespérées parce qu’elle ne se limite pas à l’intestin. Dans la majorité des cas, les complications touchent le corps tout entier :

  • Au niveau des articulations : arthrite, spondylarthrite ankylosante, sacro-illite isolée ;
     
  • Au niveau cutané : érythème noueux (nodosités rouges), pyodermite gangreneuse (suppuration avec gangrène) ;
     
  • Dans la bouche : aphtes, œdème des lèvres, perlèche, gingivite ;
     
  • Les yeux sont aussi touchés : uvéite (inflammation de l'iris, du corps ciliaire ou de la choroïde), épisclérite (inflammation du tissu qui entoure la sclérotique) ;

Mais on rencontre aussi souvent des problèmes aux foie, des hépatites... La liste est longue.

La « nutrition artificielle », une solution ?

En médecine officielle, le traitement le plus connu est la sulfasalazine (type de salicylés) qui est utilisé lors des crises mais aussi en prévention, tout comme les immunosuppresseurs.

Les corticoïdes, quant à eux ne sont utilisés que pendant les crises.
 
Les malades sont souvent assujettis à des procédés de nutrition artificielle. Il s’agit en fait de mélanges d’acides animés, de sucres et graisses simples. 

Malheureusement, elle est rarement prolongée au-delà de quelques semaines, car elle nécessite, soit 4 heures par jour de perfusions intraveineuses, soit l'absorption d'un produit au goût écœurant.

Ces plantes combattent les 3 adversaires de votre intestin

Les plantes agissent sur les 3 principaux symptômes de la maladie de Crohn : la diarrhée, les spasmes et ballonnements, ainsi que l’inflammation.

Crohn


  • Voici donc les principales plantes que je pourrais préconiser.

    1. Contre la diarrhée

    Parmi les anti-diarrhéiques, citons :

    • L’aigremoine ;
    • L’alchémille ;
    • La racine de bistorte ;
    • La brunelle ;
    • Le chardon béni, la benoîte ;
    • Le grand plantain ;
    • La potentille des oies ; 
    • Le trèfle des champs.

    Comme modérateur de transit nous pouvons citer :

    • Le riz ;
    • La carotte ;
    • Le pourpier ;
    • La fève de caroubier ;
    • Le psyllium blond.


    2. Contre les spasmes et les ballonnements

    Les plantes carminatives libèrent des gaz parfois douloureux qui envahissent le cadre colique.

    C'est ici surtout le domaine des opiacées telles que l'anis, le cumin, le carvi, l'aneth, le fenouil, l'angélique, l'estragon, la coriandre dont il est possible également d'utiliser les essences.
     
    Mais la badiane de Chine, la camomille noble, le basilic, le calament, la menthe poivrée, le thym, la réglisse sont également d'un grand secours.

    On peut prendre la plupart de ces plantes en huiles essentielles.
     
    Les phénomènes de fermentation, liés aux sucres lents, se produisent dans le colon droit (ascendant) et sont calmés par les « opiacées naturels ».
     
    Les phénomènes de putréfaction produisent des gaz malodorants et sont liés à la digestion des protéines au niveau du colon gauche (descendant).

    Ils peuvent bénéficier de la prise d'ambroisie, de baies de myrtille ou d'airelle ainsi que d'huile essentielle de Laurus nobilis, de Coriandrum sativum.
     

    3. Contre l’inflammation

    Lorsque la diarrhée est très aiguë, très inflammatoire, la muqueuse intestinale peut alors saigner. La phytothérapie offre alors des moyens d'apaiser le feu avec la bourse à pasteur, la bistorte, la matricaire, l'achillée, les baies sèches de myrtilles, et la salicaire.